» Un moment perdu dans ses pensées

mai 15, 2014 Categories: Billets ZigZag, Carnets Moleskines, Non classé by Commentaires fermés sur  » Un moment perdu dans ses pensées

Debout, flanquée de son imper beige sur les épaules et de sa vieille paire de Ray Ban sur le cul du nez, old- fashion. Ringardes ou Vintage ? (  Style Bob Dylan dans les sixties, quand elle le matait sur ses pochettes de vinyles imbibées de café. Il traversait le monde avec sa belle gueule et une super gonzesse sous le bras…Fastoche la vie, sur les pochettes de disques.) Bref No mouv, pas dans le mouv… just in the mood Mama…

Elle tire sur sa clope comme une acharnée ; ben quoi, elle a déjà le bout des doigts jaunes oranges et comme d’hab, elle ne veut pas se laisser mater en train de chialer. Oui c’est une femme, pas une gamine à la dérive, non. Oui c’est très dur de penser à moi sans un pincement au cœur… Edith, je m’appelle Edith. Elle l’a dit suffisamment fort en se retournant et celui qui l’a pris en pleine poire: c’est Balthazar, pas plus à l’aise qu’elle… Mais plus de l’ Est qu’à l’ouest.  Son silence n’a pas duré plus d’une minute avant qu’il ne l’invite à entrer dans un café. Il ouvre l’œil sur les coudes posés sur le comptoir, il le sait et tout le monde le sait, même Elle, que les gros poissons se reconnaissent là ou dans les parages. Finalement le mieux c’est la terrasse si tu veux cloper,qu’est ce que tu veux ? Alors en desserrant les dents elle lui répond non je ne sais pas vraiment ce que je veux prendre, un café ça fera l’affaire. 

Elle se boirait bien un petit calva par la même occasion, mais la raison et surtout le pognon a déjà filé de ses poches de pantalon. Forcément quand elle est rentrée à l’Hôtel Dieu le paquet de cigarette flirtait encore avec les euros. Aujourd’hui, il marque sa différence et le prix a doublé… Bien le goût de sa Rothman rouge, avant elle en fumait des bleues pour éviter de s’arracher la gorge avec des Craven A…  Elle  fume clope sur clope  Il commence à pleuvoir elle regarde les gouttes tomber et les voitures passer. De loin, le juke- box chahute encore. Elle écrase sa clope et   va s’asseoir sur la banquette, s’y enfonce… pose ses clopes et son briquet.  Edith range ça , sinon dans cinq minutes t’auras que de emmerdes.Ok. Tiens, je t’ai pris un café bonheur c’est ça que tu voulais n’est ce pas ?… c’est toujours comme ça j’ai des hallucinations… Ils boivent ensemble. Puis silence absolu entre eux. La machine crache sa vapeur et la pompe à houblon s’active comme chaque soir après dix sept heures.  Dans un coin près de la vitre. A côté d’elle la ville.

A Suivre…

Les commentaires sont fermés.